Pourquoi aime-t-on croire au Père Noël ?

 Tornade, Danseuse, Furie, Fringant, Cupidon, Comète, Tonnerre, Éclair ou encore Rodolphe… Autant de noms propres qui ne vous disent peut-être pas grand chose, sachez néanmoins que ce sont les noms des rennes du Père Noël, sans lesquels tout magique fut-il, son traîneau aurait toutes les peines du monde à se mouvoir suffisamment vite pour couvrir tous les pays du monde au soir du Réveillon. Le temps d’un article, revenons un peu sur ce personnage qui a la faveur des enfants mais pas seulement, puisque les parents eux-même ne peuvent pas se départir d’une certaine tendresse à son égard… Revenons rapidement sur son histoire et sur ses origines, avant de prendre le temps d’approfondir un peu tout l’univers sous-jacent à ce merveilleux vieux bonhomme infatigable. Car si l’on se plaît à cultiver et à pérenniser ce beau folklore de génération en génération c’est qu’il y a sans doute de bonnes raisons à cela...

...par Romain Pillard. 




I/ Papa...c’est qui le Père Noël dis ?

Aux origines du concept de Père Noël, on s’accorde pour considérer que c’est la tradition de Saint Nicolas, on retrouve d’ailleurs sa symbolique avec la longue barbe blanche et le manteau rouge notamment. Mais il manque encore pas mal de choses et de magie au personnage pour en arriver au merveilleux concept que l’on connaît de nos jours et c’est la littérature anglaise, par le biais d’un certain Clement Clark Moore, qui va contribuer à compléter le mythe. 
En 1821 l’auteur britannique rédige un conte de Noël pour ses enfants, qu’il intitule « The Night Before Christmas » (« La nuit d’avant Noël »), et dans lequel le Père Noël est présent accompagné de son fameux traîneau et de ses fidèles rennes. Le concept est complété en 1823, par le même auteur, qui écrit un autre conte de Noël dans lequel des lutins magiques viennent livrer des cadeaux aux enfants en passant par la cheminée et en voyageant avec me fameux traîneau tiré par 8 rennes, dont les noms précités dans le chapeau, apparaissent officiellement...et seront complétés par le meneur au nez rouge, l’illustre Rodolphe, en 1939 !
S’agissant de l’apparence, du visuel, le Père Noël moderne bien qu’inspiré de Saint Nicolas, nous provient d’une illustration de 1863, extraite du magazine Harper’s Illustrated et que l’on doit à n certain Thomas NAST : barbe blanche si fournie qu’à côté celle de Charlemagne ferait presque « fanée », costume rouge garni de fourrure blanche, gros ceinturon noir sous le bidon. Voilà esquissés les « gros traits » de ce que notre si cher Père Noël allait devenir dans notre imaginaire collectif et celui de nos têtes blondes au cours du XXème siècle ; et s’il fallait entériner pour de bon le visuel désormais établi de ce si cher Monsieur Cadeaux, et bien c’est Coca-Cola qui s’en chargera, dès 1931, en faisant appel au dessinateur Haddon SUNDBLOM, pour figer définitivement l’image.




II/ Des odeurs, des couleurs...un sentiment...

Il faut ben comprendre que l’esprit de Noël ne se cantonne pas uniquement à une pluie de cadeaux et à un repas de fête… L’esprit de Noël c’est bien plus que cela, puisque chaque année lorsque les fêtes arrivent, c’est l’occasion pour toutes les familles de se réunir et de cultiver les liens d’amour qui nous unissent tous ensemble. La période de Noël, c’est le moment pour chaque membre du foyer de s’occuper de faire la décoration de l’intérieur de la maison, toute en lumière, alors que la rudesse de l’hiver continue de sévir au dehors…
Noël est une période toute dédiée à la générosité et à la charité, lorsque l’on regarde les dons effectués aux associations par exemple, on remarque qu’ils grimpent en flèche à cette période. Si la plupart des gens apprécient au plus haut point de pouvoir s’offrir un repas et une soirée disons «améliorés », d’un autre côté, il est également important de le faire en bonne conscience et en ayant la sensation que le plaisir que nous prenons et partageons tous ensemble, n’est pas pris ou obtenu aux dépens de personnes moins bien dotées ou tout simplement moins chanceuses.




A mesure que les semaines passent et que l’on s’approche du 24 et du 25 décembre, le compte à rebours tourne et chacun puise en lui-même les innombrables souvenirs structurant la période et qui lui sont propres…  
Les odeurs de feux de cheminée, de marrons ou de châtaignes grillés, de mandarines, d’oranges, de pelures de mandarine ou d’orange posées sur le poêle ou mise dans le feu, les musiques et les chants de Noël, les chorales d’enfants, le « Vive le Vent.. » ou le « Petit Papa Noël... » de Tino Rossi…
Les rues, comme l’intérieur des maisons, se parent de décorations lumineuses qui ont un côté profondément féerique dans les yeux émerveillés des enfants, et les devantures des magasins elles aussi se parent des symboles de Noël, à grand renfort de rennes, de lutins, de traîneau magique et de...Père Noël !

Au final, il faut bien comprendre que le Père Noël n’incarne pas seulement cette figure de personnage tout en bonhommie, ni même ce mythe qui aurait su traverser le temps et s’imposer comme un repère désormais inamovible d’une époque et même d’un type de société. Le père Noël incarne bien plus que cela,… 
Il est un peu cette chaleur qui vient nous réconforter au beau milieu de l’hiver, ce foyer de douceur et cette braise de chaleur humaine qui fera que nous passerons l’hiver et la saison des glaces, ensemble…
Il est aussi cette lumière qui perce au cœur de la nuit qui tombe si tôt à cette période de l’année, cette lanterne, cette chandelle allumées grâce auxquelles on continue de voir, de discerner le monde, au travers de la nuit…




Conclusion :

Noël est une période à part pour tout un chacun, quel que soit notre âge et le personnage du Père Noël incarne une sorte de « Gardien du Temple » en la matière.
Il est le bon cœur, l’esprit de joie, de paix et de bonne humeur, sans compter qu’il offre des cadeaux, sans ne rien demander en retour que de comporter sagement avec son entourage ! 
C’est aussi dans la perspective de le recevoir le temps de la distribution des présents, que l’on apprête sa maison, que l’on prépare quelques truffes ou quelques papillotes à son adresse ; le Père Noël offre ainsi l’occasion à chacun de se montrer généreux et de penser à son prochain, comme nous l’avons vu s’agissant des dons aux associations humanitaires par exemple, mais pas uniquement. Au sein d’une société aussi égoïste et égotique que la nôtre, ces valeurs sont inestimables et il faut continuer à les inculquer à nos enfants, afin que les générations suivantes parviennent, qui sait, à construire un modèle sociétal plus humain, et plus juste. 

0 Commentaires